Historique de la Société d'apiculture de l'Orbe


 

Fondation de la Section de l'Orbe de la Société Romande d'apiculture.

 

Du 5 mars 1887

Quelques apicultures se réunissent à l'hôtel de ville d'Orbe, le 5 mars 1887, à 11/2 heure du jour, dans le but de fonder une section de la société d'apiculture de la Suisse Romande.

M r Morel, jardinier à Valleyres, préside l'assemblée. M rVannod instituteur, remplit les fonctions de secrétaire.

M rMorel ouvre la séance en faisant connaître en quelques mots le but de la réunion. Il fait ensuit lecture:

1o des règlements de la société Romand.

2o d'un projet de statuts pour la section.

Ce projet, discuté article par article, est adopté avec quelques modifications.

L'assemblée prend ensuite les décisions ci-après:

1 o Les statuts seront imprimés et distribués gratis à tous les sociétaires.

2 o Les membre fondateurs payeront une finance de un franc, qui servira en même temps de cotisation annuelle pour 1887. Toutes les personnes qui demanderont d'être admises dans la société avant l'assemblée générale  d'automne, seront admises aux mêmes conditions.

Il est procédé à la nomination des membres du Comité; sont élus:

Président M r Morel à Valeyres.

Membres: M rM r Tallichet et  Aubertet à Orbe; Jaquet à Vallorbes et Favre à Baulmes.

Enfin 29 membres de l'assemblée déclarent adhérer aux statuts, en en déposant la finance de fondation.

 

Assemblée générale du 23 avril 1887 à Valeyres

 

Le procès-verbal de la réunion du 5 mars, est adopté sans discussion. Plusieurs personnes présentes déclarent adhérer aux statuts; Elles payent la fiance d'entrée et sont reçus membres de la Société, qui compte à ce jour 43 sociétaires.

M rMorel fait connaître l'organisation du Comité Composé de M rM rMorel président, Jaquet vice-président, Tallichet Caissier, Favre secrétaire et Aubertet 5e Membre.

Par quelques paroles bien senties, Mr le président fait ressortir tout ce que doit faire la section, pour réaliser de véritables progrès et faire disparaître les idées erronées et même les superstitions dont les abeilles sont l'objet dans notre pays.

Il est ensuite suivi à l'ordre du jour comme suit: 1o Entretien sur les ruches;2o Transport à la montagne.

M rMorel introduit le sujet, entretien sur les ruches, en exprimant le vœu qu'un système uniforme de ruches soit adopté par les membres de la section. Il fait ressortir les avantages des ruches Dadant et Layens, qui toutes deux peuvent être agrandies ou rétrécies selon les besoins de la colonie et de la saison; Mr Morel estime que les visites aux abeilles sont plus faciles dans les ruches s'ouvrant par le haut plutôt que par derrière ou sur le côté. Il compare une ruche de paille à la ruche mobile et démontre les avantages incontestables de la dernière. L'assemblée suit avec un vif intérêt l'exposition de Mr Morel et plusieurs sociétaires  se promettent de profiter des bons conseils qui leur sont donnés.

M r Jaquet, qui chaque année pratique le transport de ruches donne quelques directions aux apiculteurs qui sont placés dans les mêmes conditions que lui.

a) Le transport est avantageux pour les localités où les abeilles ne peuvent profiter de deux récoltes.

b) Les ruches transportées essaiment moins.

c)Il ne faut pas transporter trop tôt de peur de perdre les ruches qui ont des provisions insuffisantes.

 d) Le transport doit s'opérer par char à ressorts. On peut ce pendant transporter par chemin de fer, au printemps, mais non après la récolte.

e) Il faut placer sur les ruches un treillis, pour donner  l'air nécessaire.

Proposition individuelles.

M r Jaquet demande quelques renseignements sur l'emploi de la cire et les appareils  pour la fondre.

Mr Morel croit devoir aviser les membres de la section, qu'ils peuvent s'abonner au Bulletin d'apiculture de la Suisse romande, pour la somme de trois francs au lieu de quatre.

Sur la proposition de M r Jaquet et vu les services rendus à l'apiculture, MrW. Barbey, propriétaire à Valeyres, est reçu membre Honoraire de la Société, à l'unanimité des membres présents.

La réunion se termine par une visite aux colonies d'abeilles de M r Barbey; Tous sont florissantes et témoignent des soins intelligents de la personne qui s'en occupe.

Valeyres le 23 avril 1887

 

Sponsor